La peinture avec une perspective empirique

I La peinture avant les lois mathématiques, une perspective empirique

Les Hommes ont voulu laisser une trace de ce qu'il voyait grâce à la peinture.
Nous verrons l'évolution de la qualité, des techniques de ses travaux dans chaque coin du monde, entre la Préhistoire et le Moyen-âge. Ces peintures seront analysées avec un œil critique sur la réalisation d'une tentative de perspective.
Tout d'abord nous verrons les restes des peintures préhistoriques. Puis nous étudierons les peintures durant l'Antiquité, en Égypte et en Europe, en s'appuyant sur des exemples en France, en Grèce et en Italie; nous en ferons les comparaisons. Enfin avec ces mêmes pays, nous regarderons comment est perçue la perspective au Moyen-âge.

La perspective empirique définition:
Avant les lois de la perspective, les tableaux ont un effet de profondeur. Ceci s'appelle la perspective empirique.

LA PREHISTOIRE


Selon les siècles et l'artiste en question, les œuvres expriment un effet de profondeur différent.
A la Préhistoire, il y a peu de différences techniques entre les peintures rupestres de chaque continent.
Les seules traces des représentations graphiques se trouvent dans les grottes, comme en France les grotte à Lascaux. Les dessins sont symboliques. Ils représentent la vie quotidienne des animaux et des hommes. C'est le seul moyen de communication qui s'est transmis jusqu'à nous.

20.000 av JC

 

A cette période les hommes n'ont aucune connaissance en matière de profondeur de champ: aucun effet avec les couleurs, les tailles ou les différents plans. Ils cherchent simplement à dessiner ce qu'ils voient d'une façon réaliste. Ici, la situation montre le buffle plus gros que le cheval mais non parce qu'ils sont éloignés l'un de l'autre. Cependant, nous remarquons que la question de profondeur de champ a posé problème à l'artiste. Certains animaux sont représentés de façon illogique. Nous le voyons très bien avec cet animal qui donne l'impression de voler. Il est superposé aux autres. Il est aussi décalé dans l'espace. L'artiste veut lui donner de l'importance avec une tentative de proximité. Mais cette tentative n'a pas beaucoup d'effet de relief.
Cela s'explique par le fait que ces hommes ne possèdent pas de figures géométriques telles que: cercle, triangle, carré, droite, angle droit ou parallélisme parfaits. Ils ne peuvent pas exprimer une profondeur précise et réaliste.

En conclusion, la représentation des trois dimensions est un problème qui apparaît très tôt dans les œuvres picturales. Il est compliqué d'avoir un bon résultat en n'ayant que des aplats.

L'ANTIQUITE


L'Antiquité voit apparaître des constructions architecturales importantes en Italie, en Grèce, en Égypte, ou encore au Moyen-Orient. Les règles de géométrie y sont appliquées avec rigueur. Elle sont exploitées pour la sculpture.
Les formes géométriques sont utilisées pour les frises mais toujours en aplat.
Pour contourner le problème de la perspective, les personnages sont représentés de profil sans paysage en arrière plan. Cette pratique est courante en Grèce et en Égypte. La gravure est une bonne méthode pour donner un semblant de profondeur. Elle est surtout utilisée dans le cadre des bas reliefs.

 

515 av JC

 

En Égypte, le dessin est la base du graphisme. Ainsi pour l'écriture en hiéroglyphes, il n'est pas besoin de s'attarder sur des effets de perspective. Les peintures murales sous forme de « bandes dessinées » veulent avant tout fixer des exploits pour l'éternité. Malgré de fortes connaissances en divers sciences, ils contourneront la problématique de la perspective sans la résoudre.

LE MOYEN-AGE


Au Moyen-Âge le mécénat permet une révolution dans la peinture. Les artistes
réfléchissent au moyen de créer une perspective.

 

1388 Bartolo di Fredi

 

En France et en Italie, un système de tableau de situation est mis en place. Cela permet de représenter un évènement important pour l'homme a un moment clef, souvent religieux ou représentant la haute noblesse. Le ou les personnages au centre du tableau ont plus d'importance que les autres; ils sont généralement plus grands, la couleur qu'ils portent attire l'œil. Plus en s'éloignant du centre, plus les personnages sont subalternes. Ils sont de cette façon plus petits et leurs couleurs accrochent moins l'œil. Les peintres, comme Segna di Bonaventure1270-1330) et Giovani da Milano actif entre 1350 et 1369 en Italie, compensent le problème de perspective par l'absence de paysage. Cela permet de ne pas avoir d'arrière plan à gérer. Comme la taille, la couleur est utilisée pour les personnages en fonction de leurs importances.
Plus la période de la Renaissance approche, plus nous nous apercevons que les mathématiques sont intégrées par les artistes peintres dans la construction de leurs œuvres
Les couleurs et les volumes prennent du sens par l'effet de profondeur de champ en plus des codes attribués précédemment.

 


Cet exemple du monde asiatique de 1831 d'Ando Hiroshige qui a des lignes de fuite qui ne convergent pas vers un point est un exemple de la lente diffusion des techniques de la perspective.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×